Les années 80 et 90 omniprésentes dans les rues de Paris et des capitales mondiales nous plongent dans une nostalgie omniprésente. Beaucoup d’entre vous, comme moi, sont d’ailleurs sous l’emprise de cette « pop culture » fascinante. Qui se retrouve d’ailleurs sous toutes les coutures : dans les fringues, la musique, la publicité, le capillaire, les grolles ou les films. On nous en imbibe jusqu’à l’Overdose. Et personne ne s’en plaint ! J’ai comme la certitude que cette mouvance, (mode ?) n’est pas prête de s’éteindre. On a tellement voulu nous faire croire que c’était mieux avant, qu’à présent, on a fini par adhérer à cette idée, à s’y faire. C’est ainsi que je m’interroge sur comment se déroulait les relations amoureuses avant. Sans la présence de cette pléthore de réseaux sociaux. Pollution quotidienne décriée mais dont personne ne peut se passer une fois les doigts mis dedans.
 


Etait-ce plus "merveilleux" avant Snapchat ? Les préludes étaient-ils plus féeriques antérieurement à Facebook ? Une femme peut-elle toujours être mystérieuse avec la disparition de son anonymat ?
Autant de questions qui chez moi ont trouvé réponse. Mais là n’est pas le débat.
J’avais cependant le besoin de faire un rappel de l’état des lieux avant d’étayer mon avis sur la question des réseaux sociaux et de leurs impacts sur les relations. Spécifiquement lorsque l’on est en prospection. Je parle de ce moment fluctuant post-date durant lequel vous et Roseline avait échangé quelques bribes sur Tinder et curiosités mutuelles aidant, décidé de vous ajouter sur facebook.
Tantôt cour des miracles pour les cavaleuses infortunées, tantôt sérail abondant, Ile de Sappho, Jardin d’Eden tumultueux pour les tueuses en série.

Les Pros, l’ajout permet :

1) - D’avoir une amplitude visuelle non négligeable de sa targue.
Avec la découverte notoire (à titre d’exemple) des photos de vacances oubliées de 2008 au Népal en mode « crasseuse ». Tongs défoncées, crinière huileuse, visage suintant, ongles noircis, aisselles mal épilées, pouilleuse à souhait mais manifestement happy sur toutes les photos ! (Assumant totalement son bien être, non gênée d'être négligée).
Ou bien à l’inverse d’y distinguer avec surprise, une profusion de clichés très sympas, rendant l’envie de rencontrer croissante.
2) - De déterminer si le seuil acceptable du degré d’âneries du spécimen sera franchissable.
(En balayant deux trois coups de statuts, ces choses là se repèrent très vite.)
3) - De mener une enquête sur le cercle. Si par exemple Roseline possède 27 amies en commun avec vous, il sera peut être préférable de rebrousser chemin. Pareil avec les starlettes cumulant sans être une rockstar 5404 amies.
4) - De s’assurer qu’aucune de nos ex ou potes n’a partagé son pieu.

Les contres :

1) - Plus on en sait, plus la curiosité de l’inconnu s’éteint. Il faut accepter l’idée de perdre un peu de son charme. Et donc en avoir BEAUCOUP avant de prévoir un ajout (je plaisante bien sur :)
2) - Le risque de voir les plus belles Créatures de votre liste de friends extorquées par Roseline l’Escroqueuse.
3) - Que votre vie privée/notoriété, effraie votre crush.
4) - Que la présence d’une ex un peu trop insistante dans la liste ne sème un doux parfum de zizanie, flinguant votre plan à néant.
5) - Qu’à l’aide de je ne sais quel pouvoir magique, Rosalie la hackeuse parvienne à tout savoir de vous. (Votre linkedin, le nombre de filles que vous vous êtes faites à la louche, d’honteuses inepties comme cette nuit d’ivresse trop arrosée du nouvel an 2014 où vous étiez déguisée en hotdog).
6) - Qu’une ex jalouse, épiant votre profil s’incruste dans la fête venant vous pourrir en emailant votre targue.
7) - Que votre soupirante un chouia manipulatrice, devine avec qui elle a affaire et adopte la stratégie adéquate pour vous faire courir ou pire… Vous faire tomber raide.
8) - De devoir supprimée, ou d’être effacée si le courant ne passe pas après la date.
9) – D’assister à une cavalcade d’ajouts quotidiens de courtisanes en lice.
On n’est pas dans un épisode du Bachelor mais c’est limite ! Le comble du ridicule ? Que ces dernières mêmes petites nouvelles soient ajoutées en synchro, le même jour.

La solution au juste ?

Je pencherai pour un « non Ajout » dans l’immédiat et « ok »pour un ajout lorsque la relation a déjà bien été entamée, à coups de trimestres j’entends.
La précipitation fonctionne dans les films ou les coups de peau. Mais dans la vraie vie, c’est une autre paire de manches. Il est bon de prendre son temps. De mystifier un peu le truc. D’attendre un peu histoire de voir si celle que l’on a en face de nous y mérite sa place. Tant qu’elle n’aura aucun statut particulier, il n’est pas vraiment utile de l’ajouter. Songez au film » la Boom », à Sophie Marceau et Pierre Cosso. Faire connaissance en faisant une partie de flipper entre deux menthes à l’eau, c’est plus fun que dans le virtuel, noyée dans les abysses d’une garçonnière froide comme l’Arctique. Invisible.
Si la sauce prend, on fera comme les autres. On « addera » alors sa « Jolie chérie ».
L’heureuse élue qui deviendra « La » Princesse de votre liste et qui sait… Peut être l’Emeraude de votre cœur.

Dramatiquement Votre,

Alba

Retour à l'accueil