Qui t’es toi ?

Soi-disant fille à l’allure inébranlable qu’aucune ne saura fléchir,
L’ombre de minuit, mirage de l’instant, l’insaisissable qui le matin venu, aux aurores aura disparu avant d’être frôlée. Une ultime fois.
L’Ame gracile hésitante qui se cache dans sa chambre pour danser et rire d’elle-même avec ses amies entourée de ses posters. Secrètement.
Le chagrin d’une vie pour certaines, la vitamine addictive du train train quotidien pour d’autres, l’emmerdeuse pour toutes, l’indispensable pour les éconduites, la Macho sans cœur pour ses ex n’ayant pas su gérer n’ayant pas su la lire. L’Amante inespérée pour les bienheureuses ayant partagé ses nuits. Un roman inachevé.
Pas la tasse de thé de tout le monde pour le reste.
Brume volubile, parfois timide, flirtant avec l’audace comme une alcoolique trinquant au whisky coca un soir de rupture.

L’indépendante qui se fond de temps à autre dans le silence lorsque bousculée. Ou pas.
Elle n’est pas un mystère bien qu’elle en possède les contours.
Elle a besoin de sécurité. Même si elle ne le revendiquera jamais, que cette idée la rend faible, la frustre. Lui fait délicieusement détester l’objet de toute sa convoitise. Celle qu’elle tente de fuir, se débattant dans la propre toile qu’elle s’est tissée.

Dans ton dos, ce ne sera pas une salade césar qu’elle choisira. Mais bel et bien les kettles au vinaigre qui auront sa faveur. Elle est là devant toi, fragile et piquante. La taille enveloppée dans une doudoune Uniqlo ou un oversize American Apparel, impénétrable. En apparence. Elle est partout. Dans le métro, les terrasses, les concerts, les musées, les salles de sport, les UGC. Elle ne ment jamais, sauf quand elle dit qu’elle s’en fout.

Elle est maligne et maladroite, arrogante épisodiquement dans les prémices. Un paradoxe, souvent. Une évidence toujours. Une énigme, avant, après, pendant.
Les parfums qu’elle estime sont rares et se confondent à l’odeur naturelle de sa peau qui sent l’été même en hivers. Elle n’a pas besoin de maquillage pour être l’Elégante, un trait de rouge à lèvre mat suffit à sublimer cet arc-en-ciel. Elle est bohème, intrépide, drôle, dangereuse, attachante, passionnante. Joueuse.
Elle hait, elle est ?

Parisienne.

A.




 





 


 

 

 

 

 

Retour à l'accueil